AccueilAISam Altman et le projet AI Worldcoin entre ombre et lumière

Sam Altman et le projet AI Worldcoin entre ombre et lumière

Dans cet article, nous tentons d’analyser les aspects positifs et négatifs du projet AI Worldcoin de Sam Altman.

Le potentiel associé à cette entreprise d’IA est énorme, mais la façon dont Altman a obtenu son financement et sa visibilité suscite un débat public, mettant en lumière certaines controverses décourageantes.

Il s’agit notamment de l’impact que Worldcoin et l’IA pourraient avoir sur le monde dans son ensemble, et en particulier sur les emplois qui seront remplacés par cette technologie.

Sam Altman: le potentiel du projet Worldcoin AI

La semaine dernière, le projet Worldcoin AI de Sam Altman a été officiellement lancé, accompagné de le listing du token WLD sur les principaux échanges de crypto-monnaies.

Après 18 mois de tests bêta, au cours desquels le projet prometteur a obtenu plus de 2 millions d’inscriptions, Worldcoin a fait ses débuts officiels dans le monde entier en lançant également la plateforme World App, développée par l’entreprise technologique Tools of Humanity.

L’objectif de Worldcoin et de Sam Altman est de fournir un kit d’identité numérique en scannant l’iris grâce à un hardware d’IA appelé  » orb « , qui est capable de reconnaître les données biométriques des personnes grâce à un scan rapide.

Le potentiel de cette technologie est immense, car elle représente la solution à une myriade de problèmes qui affligent le monde de l’internet, tant dans le web2 que dans le web3.

Il suffit de penser à la multitude de bots et de faux comptes qui sont créés quotidiennement sur les médias sociaux et qui causent des désagréments et des dommages considérables aux communautés.

En outre, la reconnaissance d’une « preuve de personnalité » au moyen d’un scanner de l’iris devrait être effectuée techniquement tout en respectant le principe de la vie privée des personnes, un facteur qui revêt une importance particulière à l’heure actuelle.

Afin de pouvoir créer des millions d’identités numériques et d’élargir sa base d’utilisateurs, la fondation Worldcoin a annoncé la semaine dernière qu’elle avait élargi l’offre mondiale “d’Orb » en incitant plusieurs utilisateurs dans le monde à utiliser le dispositif en recevant en retour un airdrop gratuit de tokens WLD d’une valeur d’environ 60 dollars.

L’équipe de Bitget exchange estime que la crypto-monnaie en question rencontrera quelques difficultés en raison de certaines tokenomics et conditions de marché

Un point particulièrement pénalisant pour WLD concerne la pression à la vente que pourraient exercer les différents market makers en cas de hausse du cours du token.

Quoi qu’il en soit, au-delà de l’action sur le prix du token, qui souffre malheureusement d’une offre max trop élevée et d’une capitalisation disproportionnellement diluée, il sera intéressant de voir comment Sam Altman va évoluer dans les mois à venir pour s’emparer du trône de roi de l’IA.

Les cartes sur la table pour s’imposer comme une figure de proue grâce à son projet sont là: le seul problème sera de surmonter certaines controverses liées à diverses réglementations locales et d’obtenir une large approbation à l’échelle mondiale.

Sam Altman et les controverses sur l’IA et le Worldcoin

Comme nous l’avons dit, l’un des défis les plus importants auxquels Sam Altman devra faire face est lié à un certain nombre de controverses autour de son projet d’IA.

Le premier point d’analyse concerne la question de la réglementation: plusieurs autorités de contrôle en Europe s’inquiètent de la manière dont Worldcoin collecte et traite les données personnelles de ses utilisateurs.

En particulier, la Commission nationale de l’information et des libertés (CNIL) a annoncé qu’elle avait ouvert une enquête sur le jeton lancé par Sam Altman et sur l’ensemble du projet.

Elle s’inquiète notamment de la « légalité de la collecte des données », qui semble douteuse, ainsi que des conditions de conservation des données biométriques, en accord avec les autorités allemandes, qui ouvrent également une enquête pour en savoir plus.

L’Ico britannique, l’autorité nationale de protection des données, prend également l’affaire très au sérieux.

Les régulateurs européens prennent en compte trois éléments sur lesquels peser les accusations portées contre Sam Altman et sa plateforme d’IA.

Tout d’abord, nous constatons l’absence d’une étude d’impact sur la protection des données, qui est obligatoire tant au sein de l’UE qu’au Royaume-Uni, avant le lancement de tout produit numérique.

Ensuite, il y a des questions liées à la légitimité du balayage de l’iris, dont la collecte de données est soumise à des règles strictes en vertu du GDPR qui exige des informations plus détaillées pour les utilisateurs de Worldcoin que celles qui sont actuellement fournies.

Ceux qui accèdent à l’application World devraient pouvoir librement annuler leur adhésion et refuser la collecte de leurs données, bien qu’il n’y ait aucune trace de ces options dans la plateforme.

Enfin, nous trouvons le sujet du traitement des données personnelles et ce qu’il en advient lorsqu’elles sont envoyées en dehors de l’Europe. Altman devrait s’assurer que l’entreprise qui les collecte est reconnue comme appropriée par la Commission européenne.

Comme si cela ne suffisait pas, à l’insurmontable montagne de problèmes liés à la réglementation européenne, s’ajoutent d’autres controverses liées aux travaux de Wordcoin et à la manière dont le projet d’intelligence artificielle a obtenu des financements.

En détail, une enquête du MIT a trouvé des preuves qui définissent la manière dont Sam Altman a attiré des participants en Indonésie, au Ghana et au Chili comme « trompeuse et exploitante« .

En outre, l’analyse des experts a révélé qu’un des soutiens et financiers de la première heure du projet était Sam Bankman Fried, accusé d’avoir organisé une fraude de 8 milliards de dollars avec son exchange FTX, aujourd’hui disparu.

Ce n’est pas vraiment une bonne carte de visite.

Les métiers qui disparaîtront grâce à l’IA, selon Altman

Une autre controverse concernant Sam Altman et Worldcoin porte sur l’impact social que les outils d’IA génèrent au sein des communautés mondiales.

Comme nous le savons tous, les technologies d’intelligence artificielle sont appelées à révolutionner le monde du travail, en créant de nouvelles professions spécialisées mais en éliminant toute une série de rôles que nous considérons aujourd’hui comme fondamentaux.

Dans une interview accordée au magazine américain « The Atlantic », Sam Altman, fondateur d’OpenAI et de Worldcoin, a expliqué ce qu’il pensait de l’effet de la révolution de l’IA, qui entraînera sans aucun doute la disparition de certains emplois traditionnels.

Beaucoup se demandent quels secteurs en particulier seront touchés par cette tendance, sans pouvoir apporter de réponse concrète.

Cependant, des experts de l’OpenAI et des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont mené une étude en mars 2023 pour tenter d’apporter une première réponse à cette question.

Ce qui en ressort, c’est que les traducteurs et les interprètes seront les emplois les plus touchés par l’avènement de l’IA.

Ce n’est en réalité pas surprenant: il suffit de penser à la capacité avec laquelle on peut facilement traduire un texte sur Internet, même sans l’utilisation d’un software spécifique à l’IA.

Les rédacteurs et les professionnels de l’enquête, en revanche, seront beaucoup moins radicalement affectés, compte tenu des facteurs de « créativité et d’unicité » que seule la touche humaine peut conférer à un texte.

Une autre étude, réalisée cette fois par un professeur de technologie de l’information de Princeton, souligne que les avocats, les professeurs, les juges et les gestionnaires financiers pourraient être menacés dans les années à venir.

À vrai dire, tous les secteurs seront touchés, de près ou de loin, par l’explosion de l’IA.

Il est donc complexe de comprendre s’il y aura des professions à l’abri de cette révolution.

Malheureusement ou heureusement, le monde du travail évolue à la vitesse de l’éclair et l’intégration des nouvelles technologies ne fait qu’accélérer ses processus d’évolution dont le sort semble inconnu même des experts du domaine.

Comme ce fut le cas avec le développement d’Internet au début des années 2000, le plus important sera de s’adapter au changement et de ne pas s’accrocher aux informations canoniques des manuels scolaires, mais d’embrasser le progrès.

À cet égard, Sam Altman, dans une interview récente, s’est exprimé avec une phrase représentative de cette philosophie:

« Je ne pense pas que nous voulions revenir en arrière ».

RELATED ARTICLES

MOST POPULARS